Les perturbations les plus fréquentes

Une enquête du Dr L. Bonhomme-Faivre, de l’hôpital Paul Brousse, en 1998, au sujet de 13 personnes exposées, en milieu professionnel, au champ magnétique d’un transformateur, montre une augmentation significative de troubles neurovégétatifs, hématologiques et immunologiques.

Deux savants russes, Asanova et Rakov mentionnent, dès 1966, chez des travailleurs exposés aux CEM, des symptômes neurologiques : fatigue, maux de tête, nervosité, diminution de la libido.

Une étude menée par le Dr De-Kun Li, épidémiologiste au Kaiser Foundation Research Institute, montre un doublement du risque de fausse couche chez les femmes qui ont été exposées régulièrement, à des pics de champs magnétiques de 60 Hz, à partir de 16 mG. Le risque est accru si les expositions ont lieu pendant les 10 premières semaines de la grossesse.

 

Les troubles les plus fréquemment constatés sont tous ceux que l’on classe dans la famille des troubles neurovégétatifs (troubles du sommeil, fatigue chronique, maux de tête, nervosité, stress). En occident, ils sont peu étudiés car on les considère comme trop subjectifs. Souvent on observe ces troubles chez des personnes exposées aux CEM et on constate leur disparition après suppression des champs électriques ou magnétiques. Quelques cas concrets exposés ci-dessous le montrent clairement.

 

Les seuils de risques

Dans de nombreuses études, on rapporte une augmentation des risques de maladies graves pour des expositions de longue durée à des champs magnétiques dont l’intensité atteint ou dépasse 2 ou 3 mG  (milli Gauss). Parfois ce seuil se situe entre 1 à 2 mG.

Sur les risques liés à l’exposition aux champs électriques on ne dispose pas d’études aussi nombreuses. Cependant,  une étude  récente montre  une augmentation  significative  du  risque  de  leucémie chez  l’enfant  à partir de 10 V/m (à l’emplacement des lits).

Les masses métalliques se comportent comme amplificateur géophysique et pollutions diverses : donc évacuer les appareils et objets inutiles, placer les autres appareils en zone non sensible par l’éloignement hors des points de repos et de travail prolongé et vérifier l’efficacité de la prise de terre (l’arroser  de temps en temps avec de l’eau additionnée de sel). Les lits métalliques et tous les meubles en métal sont à proscrire car ils sont transporteurs de champs électriques.

 

A partir des études épidémiologiques et de nombreux cas de personnes perturbées par les CEM, rencontrés depuis quelques années, il y a accord, entre les professionnels concernés par les risques électromagnétiques, pour fixer les seuils aux environs des valeurs ci-dessous : Champs électriques : 2 à 5 V/m  -  Champs magnétiques : 0,2 à 0,5 mG.

 

On préfère citer une fourchette de valeurs, plutôt qu’un seul chiffre en raison des différences de sensibilités individuelles.

Comment se préserver ?

 Travail devant écran informatique et machine outil informatisé 

ü      Respecter la distance d’un bras tendu à l’écran.

ü      Positionner l’écran perpendiculairement  aux fenêtres.

ü      Eviter de travailler à moins de 1,50 m d’un autre écran.

ü      Si l’on travaille près d’un mur, vérifier ce qu’il y a de l’autre côté.

ü      Retenir que dans la 2ème moitié de la journée l’organisme est en rétention d’adrénaline, ce qui provoque un blocage de la sécrétion harmonieuse de la mélatonine, le système immunitaire a une activité inférieure à la normale

 

Correction de l'habitat

ETUDE GRATUITE, SANS ENGAGEMENT - RENSEIGNEZ-VOUS AUPRES DE L'ASSOCIATION


Sources : Claude Bossard et Lucien Pauillac