CALENDRIER DES PRODUITS DE SAISON

MOIS DE JUILLET

LEGUMES : ail, artichaut, asperge, aubergine, betterave, blette, brocoli, carotte, céleri, concombre, courgette, épinard, fenouil, haricot vert, maïs, navet, oignon, petit pois, poivron, pomme de terre, radis, salade, tomate.

 

FRUITS : abricot, cassis, cerise, citron, figue, fraise, framboise, groseille, melon, myrtille, nectarine, pastèque, pêche, prune, rhubarbe.


   RECETTE

  MIJOTE D'AUBERGINES

Pour 4 personnes

Préparation : 10 min

Cuisson : 15 à 20 min

 

3 aubergines

700 g de tomates cerises 

80 g de fêta

3 oignons

4 gousses d'ail

1/2 botte de coriandre

1 c. à soupe d'origan en poudre

Huile d'olive

10 cl d'eau

Sel, poivre 

Couper les aubergines en morceaux.  Emincer les oignons. Eplucher et hacher l'ail. Emietter la fêta. Effeuiller et ciseler la coriandre. 

Verser dans la cocotte minute sur  position cuisson douce,  10 cl d'eau, les aubergines, les tomates cerises, les oignons, l'ail et l'origan. 

Arroser d'un filet d'huile d'olive.

Fermer le couvercle et faire chauffer à feu vif. Dès que la vapeur s'échappe, baisser le feu et faire cuire 8 min.
Laisser s'échapper la vapeur et ouvrir le couvercle. 
Saler, poivrer, et servir dans 4 assiettes.
Parsemer de fêta et de coriandre. 



 REMEDE 

PROTECTION CONTRE LE CORONAVIRUS

Voici plusieurs attitudes à tenir.

 Se laver souvent les mains.

 Le gel hydroalcolique peut être remplacé par le vinaigre des 4 voleurs, (en magasin diététique).

 Porter des gants à l’extérieur et un masque pour éviter le postillonnement.

 Profiter du soleil si possible et marcher dans la rosée.

 

Renforcer votre système immunitaire. :

Utilisation d’huiles essentielles. 1 goutte d’HE Ravinsara ou de Tea Tree sur les poignets matin et soir (ne pas utiliser en cas d’allergie,  de grossesse et d’allaitement et pour les enfants de moins de 3 ans. Pour les autres, une demi dose jusqu’à 14ans).

Ajouter des compléments :

-       1 gélule le matin de Boostotim (immunostimulant et action hépatopulmonaire avec Shisandra)

-       2 gélules ou 1 pipette de vitamines C lyposomale  avant repas de midi (déconseillé chez les enfants de moins de 10 ans), 20 gouttes d’extrait de pépin de pamplemousse dans la matinée et l’après midi (antiseptique à large spectre, déconseillé aux femmes enceintes ou allaitantes et aux allergiques aux agrumes. Pour les enfants, à partir de 10 ans, 5 gouttes avec un verre d’eau). Le soir vitamine D3, 2 gouttes sur la langue, à agiter avant emploi.

Voir laboratoires Herbolistique et Copmed.

Zinc : 1 gélule pendant le repas du soir avec un peu d'eau (Laboratoire Le Stum).

Votre alimentation :

-       Privilégier les crudités, les fruits frais de qualité naturelle ou bio. Penser aux smoothies.     

-    Prendre en compte la compatibilité «lectines et groupes sanguins ». Voir site NACORES, les Bulletins n°62 à 66 résument succinctement  les travaux du Docteur Adamo médecin américain et confirmé par Professeur Uhlenbruck de l’Université de Cologne, chercheur en lectines, mondialement connu.-      

-  Boire des eaux réductrices légèrement acides par exemple : Lauretana, Montroucous, Rosée de la Reine, Montcalm, Volvic, Volcania. Ajouter 1 demi-citron par bouteille.

-   Dynamiser vos boissons, en reliant les 2 bouteilles par des doubles bouchons percées (appelé Devajal). Une vide dessous et l’autre au ¾ plein sur le dessus, saisir par les 2 bouteilles reliées et imprimer un mouvement de rotation qui provoque un tourbillon, répéter 5 fois cette opération en inversant le sens de rotation.

 

      Activités :

      Pratique du gainage, vélo d'appartement ...

    Si vous posséder une baignoire, pratiquer des bains chauds 3 fois par semaine de 20 min, allant progressivement jusqu'à 40°.  La chaleur est un excellent moyen de détruire les virus.

     Ajouter dans le bain, 1/2 litre de tisane de sauge ; son action pour tous problèmes respiratoires est citée depuis Charlemagne, et plus près de nous comme composant du vinaigre des 4 voleurs, qui remonte à la peste du midi de le France en 1630 (composition : thym, lavande, romarin et  sauge macérés dans du vinaigre). Les voleurs se badigeonnaient tout le corps, ils dépouillaient les moribonds, ils ne sont pas morts de la peste mais du bourreau !  

 

      Ces    conseils    ne    suffisent   pas    pour    des    personnes    à  risque   et  ne    se  substituent   pas

      aux recommandations  du Ministère de la Santé Publique.


  LUTTE CONTRE LES ALLERGIES

 « L’œuf de caille, une arme puissante contre les allergies »

Une action particulièrement efficace.

 

L’aventure  scientifique  de  l’œuf  de  caille  débute  en  1960, lorsqu’un  éleveur  de  cailles  français

« R. Cordonnier » observe la disparition progressive de l’asthme et de la dyspnée de son épouse (allergie : plume, poussière, poils de chien), après l’absorption, régulière d’œufs de caille.

 

Cette observation se confirme par un autre éleveur  qui expérimente avec succès la même thérapeutique dans son entourage. Un double constat qui éveille l’intérêt de Dr Truffier.

 

A l’aide d’études sur un large échantillon de patients (soit 5000 « cures » proposées en 10 ans), celui-ci constate à son tour les propriétés thérapeutiques de l’œuf de caille. En 1968, ses études se portent d’abord sur l’asthme puis les maladies allergiques dans leur ensemble ainsi que certaines maladies de peau (prurigo, eczéma, psoriasis …).

 

Une équipe scientifique franco-belge menée par le Dr Bruttmann, allergologue expert auprès du ministère de la santé française, réalise une étude clinique en double aveugle versus placebo auprès de 33 allergologues ; étude qui confirme les résultats surprenants observés par le Dr Truffier (La médecine biologique, avril 1995).

 

En 1971, le Dr Liu découvre que l’œuf de caille contient d’autres inhibiteurs d’enzymes que l’ovomucoïde : les ovoinhibiteurs,  glycoprotéines qui sont également des inhibiteurs naturels des protéases à sérine et possèdent une puissante activité sur la trypsine.

 

En 1990, une étude canadienne démontrera que l’ovomucoïde de l’œuf de caille possède une puissante activité envers l’élastase qui intervient dans de nombreuses pathologies chez l’homme, en particulier dans l’emphysème pulmonaire et le psoriasis. 

 

En 1994, le Dr Takahashi démontre que, parmi toutes les espèces aviaires, l’ovomucoïde du blanc d’œuf de caille est le seul capable d’inhiber la trypsine humaine.

 

 

S’en suivent les travaux du Dr Bruttmann (CHU de Grenoble 2007) « Rapport Vergnaud-2007-activite-trypsine-elastase-humaine » sur la stabilité de l’ovomucoïde et de son effet inhibiteur sur les trypsines ainsi que les travaux du Dr Sainte-Laudy « Effect of ovomucoïde on humain basophile activation » qui compléteront les nombreuses publications scientifiques.